CRANE (H.)


CRANE (H.)
CRANE (H.)

CRANE HART (1899-1932)

T. S. Eliot, auteur de la sombre Terre Gaste , trouva les moyens spirituels de survivre à sa pessimiste vision; Crane, qui la voulait renverser en un vaste péan d’affirmation, n’y parvint point: c’est en sautant dans la mer des Caraïbes du navire S.S. Orizaba qui le ramenait du Mexique, le 27 avril 1932, qu’il mit fin à une difficile existence commencée à l’orée du siècle à Garrettsville dans l’Ohio. «Le fond de la mer est cruel...»

C’est dans son «ascendance clivée», la mésentente de ses parents et leur divorce lorsqu’il eut dix-sept ans, qu’il faut trouver la première d’une série de coupures et de partages que son œuvre s’acharnera à exorciser. Le Pont de Brooklyn (1930), son œuvre majeure, place ainsi la grande métaphore du pont au cœur de cette «symphonie au thème épique». Le désir de rapprocher les continents éloignés, le passé et l’avenir, la nature et la technologie, les deux bords de l’Amérique; sa fascination pour les formes qui structurent l’espace traduisent son besoin profond de retrouver les «intégrales de l’existence» menacées par la rupture parentale, une bisexualité difficile, un tempérament quelque peu cyclothymique qui le fait osciller d’enthousiasmes en dépressions et confère à sa vision un tour alternativement pessimiste et optimiste.

À sa sortie d’école, où il avait commencé d’écrire des poèmes aux métaphores déjà riches et complexes, Hart Crane fut successivement commis ou petit employé dans diverses entreprises de New York et de Cleveland, gagnant assez mal une vie tourmentée où seuls les voyages accomplis avec sa mère (en Europe et à Cuba entre autres) viennent mettre une touche de lumière. Ce n’est que forcé par la nécessité qu’il accepta en 1919, l’espace d’une courte année, de travailler pour son père, à Akron. La mésentente lui fit rapidement renoncer à cette vie et, en 1920, grâce au mécénat d’un banquier new-yorkais, Otto Kahn, il s’établit définitivement dans la grande cité. L’une des chambres qu’il y occupera donne sur le pont de Brooklyn. En 1923 est achevé son premier long poème, Le Mariage de Faust et d’Hélène , dont le titre dit assez la volonté de réconciliation qui le meut. Cette prime tentative de réponse au pessimisme culturel d’Eliot figurera dans le recueil White Buildings (1926) où s’explore déjà «le temps du partage» et s’interrogent à la fois «les incunables du grotesque divin» et «ceux que n’a pas tordus l’amour d’irréconciliables choses».

Fortement marqué par Whitman et Melville (à qui l’un des poèmes du recueil est consacré), ainsi que par le romantisme et l’idéalisme philosophique des transcendantalistes, Crane est également nourri de poètes français. Rimbaud et Laforgue, en particulier (il traduira en anglais «Locutions des Pierrots»), ne sont pas sans imprégner sa vision, sa tonalité et sa forme.

C’est à la fois grâce à ses contacts avec Waldo Frank et en raison de son désir de célébrer la richesse de tous les aspects de la vie contemporaine qu’il commencera d’écrire Le Pont , à Cuba, où l’assistance d’Otto Kahn lui permit de séjourner. Interrompue par le découragement, puis achevée par un acte de pure volonté qui parvient mal à le dissimuler, cette œuvre se veut vision mythique d’une Amérique épandue entre Atlantide et Orient, travaillée par les forces naturelles et par l’Histoire, lieu de rencontre entre le Verbe divin et les rêves humains.

Poème dont la lecture est rendue difficile par un tissu dense d’allusions historiques et mythologiques et par une pratique métaphorique qui se refuse constamment à l’explicitation ou à la paraphrase, Le Pont est un texte auquel la critique continue de reprocher son obscurité et la faillite de sa structure. Mais ses quinze sections contiennent certains des plus beaux poèmes du corpus américain: The Proem , The River , Ave Maria , Rip Van Winkle , Atlantis , The Tunnel enchaînent des images complexes de circularité et d’élévation dont la structure du pont de Brooklyn, illuminée vers la même époque par la peinture de Joseph Stella, se veut la matrice et la somme.

Mais l’intervention plus personnelle d’un lyrisme parfois mal contrôlé vient, aux yeux de certains critiques, mettre en danger la pureté épique du poème qui, mêlant ainsi obsessions personnelles et références culturelles, ne peut être la vision cohérente d’une Amérique transcendée que Crane souhaitait réaliser. Ses mille vers ont cependant réussi à faire du pont de Brooklyn l’une des icônes les plus importantes de la poésie américaine et de Crane l’un des praticiens les plus remarquables d’une logique purement associative de la métaphore qui ne s’encombre pas des liens plus traditionnels de la sémantique et de la psychologie. Sorte de Whitman des années 1920 revisité par les imagistes, Crane a les ambitions de son maître spirituel mais n’en possède pas l’énergie vitale.

La publication du Pont de Brooklyn en 1930 et son succès permirent à Crane d’obtenir une bourse Guggenheim; il s’en fut au Mexique pour composer une nouvelle épopée fondée sur la mythologie mexicaine, dont l’aigle et le serpent, présents déjà dans ses deux précédents recueils, eussent été les métaphores portantes. Mais les tensions de son existence personnelle s’accentuant, Crane ne parvint qu’à en produire quelques fragments, dont «The Broken Tower» (1932), avant de se donner la mort.

Ses Collected Poems parurent en 1933 et ses œuvres complètes en 1966.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • CRÂNE — Le crâne des Vertébrés est un édifice squelettique complexe, qui se développe autour du cerveau et des organes sensoriels spéciaux de la région céphalique. Il prolonge la colonne vertébrale et constitue avec elle le squelette axial. Le crâne… …   Encyclopédie Universelle

  • Crane — or cranes may be: Crane (machine), an industrial machinery for lifting Container crane, a machine for lifting intermodal containers Crane (railroad), a crane suited to use on railroads Crane (bird), a large, long necked bird Paper crane, an… …   Wikipedia

  • Crane — ist der Familienname folgender Personen: Arthur G. Crane (1877–1955), US amerikanischer Politiker Ben Crane (* 1976), US amerikanischer Golfspieler Bob Crane (1928–1978), US amerikanischer Schauspieler Conrad Crane (* 1950), US amerikanischer… …   Deutsch Wikipedia

  • Crane Co. — Crane Co. headquarters in Stamford The Crane Company (NYSE: CR) is an American industrial products company based in Stamford, Connecticut. Founded by Richard Teller Crane, the company is best kno …   Wikipedia

  • Crane & Co. — Crane Co., Inc. Type Private Industry Paper Founded Dalton, Massachusetts, U.S. (1801) …   Wikipedia

  • Crane — (kr[=a]n), n. [AS. cran; akin to D. & LG. craan, G. kranich, krahn (this in sense 2), Gr. ge ranos, L. grus, W. & Armor. garan, OSlav. zerav[i^], Lith. gerve, Icel. trani, Sw. trana, Dan. trane. [root]24. Cf. {Geranium}.] 1. (Zo[ o]l.) A wading… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • CRANE (W.) — CRANE WALTER (1845 1915) Illustrateur anglais, né à Liverpool. Fils d’un portraitiste qui encourage très tôt son fils à la peinture, Walter Crane s’amuse à treize ans à décorer des livres d’encadrements floraux et d’initiales ornées; son père le… …   Encyclopédie Universelle

  • Crane — Crane, Poole Schmidt Saltar a navegación, búsqueda Crane, Poole Schmidt es una firma de abogados ficticia ubicada en Boston, Massachusetts la cual es el escenario de la serie de televisión Boston Legal, creada por David E. Kelley a partir de la… …   Wikipedia Español

  • Crane — Crane, IN U.S. town in Indiana Population (2000): 203 Housing Units (2000): 112 Land area (2000): 0.119030 sq. miles (0.308287 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.119030 sq. miles (0.308287 sq. km) …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • crâne — CRÂNE. s, m. Le têt de l homme et des autres animaux, l os de la têteide l homme, qui contient le cerveau. La capacité du crâne. Les sutures du crâne. Les trous, la cavité du crâne. La partie antérieure, la partie postérieure du crâne. Les deux… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.